Voici les points complémentaires et les questions préparées par nos conseillers.

Conseil communal de ce 23 juin.

Deux points complémentaires introduits par Ecolo:

  1. Identification des causes aggravantes des inondations du 7 juin et plan d’actions

Le déluge est tombé sur notre région le 7  juin au soir et une fois de plus nos villages ont été durement touchés.  Papignies,  Ollignies et Deux-Acren ont été inondés.  Ollignies a cette fois été particulièrement touché : des torrents boueux ont traversé des maisons et une grande partie du village a été transformé en lac en quelques minutes. Pour de nombreux habitants les pertes sont immenses !

Ces inondations sont exceptionnelles car le volume d’eau qui est tombé de manière brutale sur ces villages a été exceptionnel. Ecolo ne comprendrait pas que ce qui est arrivé ne soit pas reconnu comme une calamité naturelle par les autorités.

Ceci dit, pour Ecolo, la gravité de ces inondations n’est pas due à la fatalité : c’est une des conséquences du réchauffement climatique, d’un mauvais aménagement du territoire, d’un manque de vigilance dans l’entretien des fossés et cours d’eau et aussi de certaines pratiques agricoles. La ville de Lessines ne peut se cacher derrière le caractère exceptionnel de ces pluies pour ne rien faire. Avec le réchauffement climatique, ces pluies intenses et brutales se reproduiront, il a donc lieu  de prendre toutes les actions nécessaires pour en limiter les effets sur nos populations.

Il nous revient que malgré certains efforts non négligeables qui ont été entrepris depuis les inondations de Deux-Acren en 2010,  beaucoup reste encore à faire, et de nombreux citoyens se posent des questions : à Ollignies, on parle de fossés non entretenus, de bassins d’orage du zoning Orientis sous-dimensionnés et qui auraient mal fonctionné ; à Papignies, il est question de haies qui auraient été arrachées par des agriculteurs ; à Deux-Acren de buses bouchées, cassées et sous-dimensionnées, et nous en passons car les récriminations sont nombreuses.  A juste titre ?  Dans de nombreux cas, certainement.  C’est pourquoi, le Collège doit identifier –village par village- tous les facteurs qui ont amené à ces inondations catastrophiques. Et, sur base de ce travail, le Collège doit développer un plan d’actions à mener à court, moyen et long terme en collaboration avec les habitants des villages concernés.

Le Conseil communal demande au Collège d’une part de diligenter les services compétents pour que ceux-ci établissent rapidement l’inventaire des facteurs qui ont aggravé l’impact des fortes pluies du 7 juin et d’autre part qu’il établisse au plus tard à la fin de l’été -sur base de l’inventaire fourni- un plan d’actions à court terme et une ébauche de plan pour le plus long terme.

  1. Mise au point de procédures afin de n’oublier aucune victime et d’assurer une meilleure communication en cas de catastrophe

Les inondations ont été brusques et dévastatrices. Les habitants d’Ollignies ont été particulièrement frappés, et quelques rues à Deux-Acren ont également été concernées.

Très vite, malgré les difficultés d’accès, les secours sont arrivés, et la solidarité entre citoyens a fonctionné. Le lendemain, les services communaux étaient déjà à pied d’œuvre pour aider les sinistrés et le CPAS a également prêté son secours. Ecolo tient à remercier toutes les bonnes volontés qui n’ont pas compté leurs efforts pour soulager les sinistrés.

Malgré ce constat globalement positif, certaines failles dans le dispositif de soutien à la population ont été observées : certaines personnes se sont senties abandonnées et, à Deux-Acren, certains habitants n’ont vu passer qui que ce soit – ni pompiers, ni services communaux- alors qu’ils avaient pourtant appelé à l’aide, en formant le 112. Chez ces habitants –à tort ou à raison – l’impression est forte que les autorités ont fait preuve de deux poids, deux mesures.

Dans la gestion d’une catastrophe, et s’en était une, il a lieu de prendre en compte le désarroi des victimes. C’est pourquoi, il est important que les autorités montrent qu’elles n’oublient personne. Par ailleurs, il est important que tous puissent savoir qui appeler dans ce cas à la commune. Un n° de téléphone a été placé sur Facebook. On se demande pourquoi il n’a pas été mis en avant aussi sur le site de la ville. Tout le monde n’est pas sur Facebook ! Et puis, ce numéro était en fait le numéro général de la ville, celui qui propose un menu, qui dirige… rarement vers la bonne personne…N’aurait-il pas fallu communiquer un numéro spécifique et assurer une permanence derrière ce numéro ?

Le Conseil demande au Collège de mettre en place en cas de catastrophe, d’une part une procédure qui permet de s’assurer que toutes les victimes ont bien été prises en charge par les services ad hoc et d’autre part, une procédure qui permet une communication efficiente entre les autorités et les victimes.

quatre questions:

Inondations : pourquoi ne pas avoir sollicité la protection civile ?

Malgré la bonne volonté des services de secours, trois jours après la nuit du 7 juin, des caves étaient encore inondées. L’aide de la protection civile aurait permis de soulager plus rapidement les victimes. Pourquoi cette aide n’a-t-elle pas été sollicitée ?

Inondations : quand et avec quel budget la ville réparera les infrastructures publiques endommagées ?

L’eau a parfois emporté des parties de voiries ou des trottoirs, des déchets et gravas se sont accumulés dans de nombreux fossés et des trous sont apparus ou se sont agrandis. En effet, si nos routes avaient la réputation d’être en mauvais état, les inondations n’ont rien arrangé. A Deux-Acren, la Lisière du Bois, s’est même en partie effondrée au niveau du ruisseau d’Aremberg. A Ollignies, à l’arrière de l’église, des bouts de trottoir ont été emportés sur plusieurs mètres. Et ce ne sont que deux exemples…

Il y a-t-il un plan pour réparer les dégâts ? La ville obtiendra-t-elle des moyens de la Région Wallonne si la reconnaissance de catastrophe naturelle est accordée ? Une modification budgétaire de l’extraordinaire sera-t-elle prochainement prévue pour effectuer les réparations ?

Quand le chemin de halage sera-t-il rendu au public?

Voici des années que le tronçon de Ravel qui longe la malterie Notté est fermé suite à l’incendie du bâtiment. Ce qui n’empêche pas les piétons de passer au risque de tomber à l’eau! Les barrières sont régulièrement arrachées. La ruelle sous le bâtiment est devenue un véritable dépotoir.

Qu’attendez-vous pour prendre les mesures nécessaires pour que ces quelques dizaines de mètres de Ravel puissent être normalement fréquentés?

Gestion malsaine et clientéliste à la coupole sportive ou chassez le naturel, il revient au galop

Il n’aura pas fallu longtemps pour que le climat de gestion clientéliste qui régnait à l’asbl “Les Tritons” imprègne la nouvelle asbl “Coupole Sportive”. Ecolo n’est pas dupe; il est inquiet quant à la façon dont le CA de la coupole sportive gère le personnel. Etant donné ces problèmes de gestion du personnel ne serait-il pas temps de relancer l’appel à candidature pour le poste de directeur pour permettre à la Coupole d’avancer dans la sérénité ?

et les interventions de nos conseillers

  1. Régie Communale Autonome du Sport Lessines. Règlement de subsides.

Ecolo ne s’est pas opposé à la création de la Régie Communale Autonome. Une telle création étant complexe, nous avons été patients. Et voici que plus de 6 mois après sa création, on nous propose de voter un subside de 556.057 € sur base d’un dossier vide !

Sans doute que les représentants de la société PWC expliqueront pourquoi le montant du subside est supérieur aux dépenses estimées à 552.061€. Mais les explications techniques qu’ils pourront nous donner ne combleront pas les vides de ce dossier. C’est à l’échevin des sports de nous expliquer comment la RCA et la Coupole sportive travailleront ensemble. Dans quelle mesure le subside à la RCA amputera celui octroyé à la Coupole ?

Il y a une confusion entre les deux entités qui semble entretenue et qui pose problème : ainsi dans les considérants, le Collège précise que la Régie a été créée en vue de favoriser le sport à Lessines alors que pourtant l’article 4 des statuts de la RCA précise que la Régie a pour objet social UNIQUE la gestion du complexe sportif et des infrastructures sportives. Ce n’est pas la même chose, à moins de considérer que gérer des bâtiments, c’est du sport… !

Ecolo ne peut cautionner la manière dont l’échevin des sports travaille.  Certes, nous lui reconnaissons une certaine inventivité pour faire avancer les dossiers ; mais quand ceux-ci arrivent au Conseil, ils doivent être documentés. Par respect pour les Conseillers, mais aussi par respect pour l’administration qui, in fine, devra appliquer les décisions prises.

  1. Aménagement de l’hypercentre. Travaux rue du Ruichon.

Ce projet de rénovation de la rue du Ruichon avance enfin !  C’est un beau projet, de qualité, qui va faire le lien entre l’Hôpital Notre-Dame à la Rose  et la Grand Place. Ce que le titre du projet ne dit pas, c’est que la rénovation impliquera aussi une partie de la place Alix de Rosoit.  Et c’est dommage que toute la place ne soit pas concernée. Au minimum, il faudrait revoir l’emplacement des places de parking pour en faire une vraie place conviviale. Cela avait été promis par l’échevine des travaux suite à la nécessité de devoir réparer des poteaux d’éclairage endommagés car sans doute mal situés.

  1. Charte provinciale en matière de lutte contre le dumping social dans le cadre des marchés publics.

Les engagements que nous propose la charte  provinciale sont mot pour mot les engagements que ce Conseil avait pris à l’unanimité quand Ecolo l’avait invité le 28 janvier de cette année à signer une motion contre le dumping social.  Cette motion fait double emploi, mais nous la voterons en espérant que le Collège sera doublement plus vigilant 😉

  1. PI 2013-2016. Travaux d’amélioration des rues de Jeumont et Louis Lenoir Scaillet à Lessines.

C’est in extremis -nous sommes en juin 2016- que le Collège fait passer ce dossier dans le cadre du plan d’investissement communal 2013-2016.  Il est prévu de rénover les voiries et trottoirs, mais pas les égouts. Peut-être que ce n’est pas nécessaire, mais comment en être sûr ? Dans le dossier rien n’indique qu’un examen des canalisations a été réalisé. L’échevine en charge de ce dossier a-t-elle reçu l’assurance qu’il ne faudra pas ré ouvrir la voirie dans quelques années ?

Par ailleurs, vu le nombre de chantiers en cours dans et autour de Lessines, Ecolo insiste encore une fois sur la nécessité de tout mettre en œuvre pour maintenir le plus possible l’accès aux commerces et pour informer la population sur le timing des chantiers et sur les possibilités d’accès. La manière fantaisiste dont jusqu’à présent les chantiers sont signalés ne laisse rien augurer de bon pour les chantiers à venir! La semaine dernière par exemple, les véhicules se rendant à la gare étaient arrêtés dans le bas de la grand rue et aucune déviation n’était mise en place. Jeudi passé, le camion poubelle a été obligé de descendre la rue des moulins à contre-sens pour arriver à atteindre la rue Général Freiberg. Les responsables de la sécurité et de la signalisation font preuve d’un amateurisme inexcusable que nous ne pouvons plus tolérer !

7.Place d’Acren. Aménagement et égouttage. Projet adapté.

Ecolo ne comprend pas pourquoi ce dossier a traîné ; le projet a été approuvé par le Conseil le 27 novembre 2014, et la Région Wallonne l’a approuvé le 5 juin 2015. Certes, elle a émis de nombreuses remarques au sujet du cahier des charges car celui-ci comportait de nombreuses erreurs et omissions.  Mais mettre un an pour corriger un cahier des charges pose question…

 8.Convention de location entre la Ville de Lessines et la SCRL « Habitat du Pays Vert ». .

Ecolo soutient la création d’un espace communautaire dans le nouvel immeuble qui sera construit par l’Habitat du Pays vert. Pour que cet espace ne coûte rien à la ville, l’échange qui nous est proposé –espace communautaire contre entretien des espaces verts- est défendable. En espérant toutefois que les services travaux arriveront à suivre ! Mais dans la convention, une clause particulière mérite d’être débattue. Il est aussi prévu que la ville vende des terrains pour l’euro symbolique ! De quels terrains s’agit-il ? Ecolo veut des précisions. Pourquoi lier cette vente à l’occupation de la salle communautaire qui n’est pas garantie de manière illimitée d’ailleurs. Si vente il doit y avoir, elle doit être liée à la garantie que l’Habitat du Pays Vert construise du logement dans un certain délai. Enfin ; plutôt qu’une vente, pourquoi ne pas avoir envisagé la signature d‘un bail emphytéotique ? La ville doit promouvoir le logement bien sûr, mais ça ne doit pas être à n’importe quel prix! Dans ce dossier, Ecolo a l’impression que la ville de Lessines se fait avoir !

10 .Contrat-programme 2018/2022 de l’ASBL « Centre Culturel René Magritte ». 

Ecolo est le premier à apprécier les spectacles proposés par le Centre Culturel et remercie tous les travailleurs qui font tout leur possible pour nous offrir de la culture de grande qualité. Et le capharnaüm  qui règne dans les bureaux n’est rien par rapport à la gentillesse du personnel qui vous y accueille.

Le document soumis au vote, très bien rédigé en “français courant” pour rendre sa lecture agréable, ne reflète pourtant pas la réalité du terrain. La gestion -notamment financière- reste très opaque et fondamentalement non démocratique. Le directeur et le président de l’asbl “Centre Culturel René Magritte” traitent avec mépris les questions pertinentes posées par l’un ou l’autre membre du CA de l’asbl, questions qui  ne reçoivent jamais de réponses. Ecolo désapprouve complètement cette gestion malsaine.


Conseil communal de ce 26 mai 2016

1.Comptes communaux 2015

A l’ordinaire, 87 % de ce qui était budgétisé pour  les coûts de personnel ont été engagés.  Les coûts sont maitrisés, c’est un fait. Il est peut-être temps maintenant de penser à valoriser le personnel, à se pencher sur son bien-être, à développer les formations,  à promouvoir les synergies entre les services et même dans certains cas à engager car si nous voulons que notre administration offre un service de meilleure qualité et puisse être en mesure de répondre aux défis que Lessines doit relever, son personnel est loin d’être pléthorique !

C’est une bonne surprise de voir que dans l’ensemble les frais d’eau, de gaz-et d’électricité ont diminué, mais c’est probablement plus en raison du climat doux que nous connaissons depuis quelques temps que de vraies actions de rationalisation.  Et nous pointons un très mauvais élève, l’HNDR : il consomme l’entièreté de son budget (155.000 € !). C’est une preuve de plus qu’il vit hors du temps….

La majorité continue à économiser  sur les commissions : la commission marché ne coûte toujours rien puisqu’elle ne se réunit toujours  pas. Comme l’année passée, la majorité a aussi économisé le budget pour la campagne de gestion des déchets qui n’a pas eu lieu et  sur l’entretien des abris TEC. Pourtant l’environnement lui rapporte : les amendes administratives en matière d’environnement ont rapporté plus de 17.000 €, quatre fois plus que prévu ! Ce succès est cependant le signe qu’il y a encore beaucoup d’actions à mener pour sensibiliser tous les Lessinoises au respect de l’environnement.

Pour l’ADL, n’en  parlons plus : à part des frais de timbre, elle n’a rien coûté… Enfin, pour le logement, ce qui frappe, c’est qu’à peine  5% du budget de fonctionnement a été utilisé. On s’en réjouirait s’il n’y avait pas de problème de logement à Lessines…

Le budget extraordinaire traduit le projet de la majorité pour la commune. Le compte dit ce qui a été réalisé. Commençons par une bonne nouvelle: la porte du centre administratif est enfin réparée.

Dommage que  beaucoup d’autres travaux prévus au budget 2015 n’aient pas été réalisés: le toit de la bibliothèque de Deux-Acren perce toujours,  les gros travaux d’entretien de la piscine sont toujours en stand by (le désamiantage a été fait), aucuns travaux d’entretien dans les écoles (toiture, sanitaire, chauffage pour un budget de 645.000 €) n’ont été réalisés. Sauf à l’école de Bois-de-Lessines! La station service du service travaux est toujours là. Depuis combien d’années sa désaffection est-elle inscrite au budget?

Le budget 2015 prévoyait aussi la réparation du bâtiment du service travaux. Ce qui n’a pas été fait puisque nous venons de voter le cahier des charges pour choisir un architecte  pour  rénover complètement le bâtiment. A ce rythme-là, les ouvriers resteront encore longtemps dans des lieux de travail insalubres.

Budgétée depuis plusieurs années, la revitalisation du centre-ville est toujours en attente. Idem pour la place de Deux-Acren. Idem pour les logements à Houraing. Idem pour les ponts de la route industrielle. Idem pour Dendre-Sud.  Et j’en passe

La régie communale a été mise en place pour un montant de… 55.660 €. Le véritable gagnant dans ce système est évidemment le bureau financier qui a fait le montage!

Pour terminer sur un parfum de surréalisme, notons que les 10.000 € budgétés pour la maintenance du chargeur à bateaux n’ont pas été dépensés 😉

2.Modifications n°s 1 des services ordinaire et extraordinaire du budget communal de l’exercice 2016

A l’ordinaire, Ecolo approuve le budget pour la formation du personnel. En revanche, le doublement des frais de réception (+7.000 €) et l’achat  pour 14.500 €  de documentation sont excessifs ! A l’extraordinaire, certains points de la modification budgétaire ne nous surprennent pas. Puisque vous prévoyez sur le site des Camomilles 2 terrains synthétiques au lieu d’un, un ajustement s’imposait. Mais curieusement aucun ajustement n’est prévu pour la piste d’athlétisme : avec 50.000€ vous n’y arriverez pas. Ou doit-on comprendre qu’elle ne se fera pas ?

Ecolo salue les subsides octroyés –tant à l’ordinaire qu’à l’extraordinaire – pour la promotion du vélo. Mais quand on voit nos routes qui sont de vrais terrains de mines pour les deux roues, nous aurions  aussi aimé voir un budget pour les remettre en état !

5.Délégation au Collège communal pour la fixation du mode de passation et des conditions des marchés publics et des concessions de travaux et de services relevant du budget extraordinaire

Toutes les petites dépenses ne devraient pas nécessairement passer par le Conseil. Le mois dernier, nous avons voté l’achat de vêtements pour le service des cimetières pour 335€; c’était un peu ridicule. Qui pouvait contester cet achat dont l’incidence financière sur les comptes communaux est anecdotique ?  Effectivement, le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation autorise le Conseil à donner délégation au Collège pour choisir le mode de passation, fixer les conditions des marchés publics et lever les voies et moyens y afférents, pour des dépenses relevant du budget extraordinaire. Mais en nous demandant de vous donner une délégation pour les dépenses allant jusqu’à 30.000 €, hors TVA, vous vous éloigner de l’esprit du Code! Ce montant est prévu pour les communes jusqu’à 30.000 habitants. Lessines n’en compte que 18.000. Un plafond de 18 ou 20.000 serait plus correct et permettrait que le conseil puisse continuer à exercer son contrôle sur les dépenses du Collège. Ecolo vous demande donc de diminuer ce plafond. Pour garantir le contrôle démocratique, Ecolo propose de fixer cette délégation pour une durée de 2 ans sauf peut-être pour cette mandature-ci qui se termine dans 2 bonnes années.. Ecolo vous demande encore de faire le rapport de ces dépenses lors de la présentation du compte annuel.

6.Marché d’assurances en ce qui concerne les dommages matériels, la responsabilité civile, les accidents et les véhicules automoteurs

Il nous est demandé d’approuver un marché pour 6 mois. Simplement parce que vous n’avez pas préparé à temps -c’est-à-dire il y a 6 mois- le cahier des charges pour renouveler ce marché d’assurances qui vient à échéance le 31 juin.  Voilà du boulot supplémentaire parce que le boulot normal n’a pas été fait à temps. Quel gâchis.

8.Budget extraordinaire.  Voies et moyens

Même si le conseil n’a pas d’avis à donner sur le contenu de cet avenant -la décision revenant au Collège- Ecolo vous soutient pour la mise en place d’une 2ème citerne d’eau de pluie pour alimenter les WC des classes et du réfectoire ainsi que pour l’adaptation de la pompe à chaleur pour en faire bénéficier le bâtiment existant. Par contre nous ne sommes pas d’accord de remplacer le coin change bébé qui coûtait 300 € par un meuble bain bébé de…  6.200 €!

  1. Règlements complémentaires de police sur la circulation routière

A/ Autoriser le stationnement en saillie à la rue de la déportation ne fait qu’officialiser ce que se pratique depuis bien longtemps. Cela équivaut à supprimer l’usage du trottoir ce qui n’est pas très grave puisqu’il y en a un de l’autre côté de la rue bien entretenu par les riverains.

Ce serait l’occasion de nettoyer ce trottoir-parking  envahi par les orties pour pouvoir sortir de sa voiture sans avoir les jambes en feu!

B/ Avant de décider d’interdire le stationnement à la rue des carrières, avez-vous pris l’avis des riverains? Le stationnement est déjà interdit sur 11 mères avant la nouvelle interdiction et voyez comment il est respecté…

C/ Le carrefour entre la rue Victor Lepot et l’avenue Reine Astrid n’en est pas vraiment un: il est illisible! Le restructurer est plus que nécessaire, mais nous aurions aimé voir un plan de ce qui est projeté et nous suggérons de procéder à des aménagements réversibles, histoire de voir s’ils clarifient la situation sur le terrain.

  1. Rapport de l’A.I.S

En date du 1er janvier 2016, 9 logements sont gérés par l’AIS, dont 4 à Lessines. Et ils ont vite trouvé des locataires car la demande de logement est très forte . 129 logements ont été visités en 2015, ce qui montre aussi un intérêt des propriétaires pour l’AIS, mais seulement 12 d’entre-eux sont susceptibles d’être pris en gestion prochainement. Cela représente moins de 10% !  C’est interpellant ! Est-ce un taux que l’on rencontre dans les autres AIS ? Qu’est-ce qui explique ce taux ? Et quelles mesures l’AIS envisage-t-elle de prendre pour l’augmenter ?

Questions des conseillers

Accueil au Centre Culturel

 Le Roots and roses festival du 1er mai a bénéficié d’une météo inespérée.  Les Lessinois en ont bien profité puisque l’entrée leur était offerte, ce qu’ ECOLO-Lessines a appréciée. Les habitants de Lessines devaient simplement réserver leur ticket au Centre Culturel. L’occasion pour certains de découvrir le guichet du Centre Culturel.

“Découvrir” est le mot juste car ils ont d’abord dû chercher l’entrée qui est n’est pas la porte qu’on pense. La première porte qui semble vous accueillir est fermée à clé. Il faut entrer dans la cour de la ferme et pousser une petite porte sur laquelle il n’y a aucune indication.

En ouvrant cette porte,  vous voyez sur votre gauche un guichet qui semble être l’accueil. Sauf qu’il n’y a personne derrière ce guichet encombré d’un tas d’affiches.

Sur la droite, dans le grand bureau,  il y a du monde. Et un bazar pas possible.  Là vous trouverez quelqu’un qui prendra note de votre réservation. Un témoin m’a rapporté que cela sentait la cigarette et qu’il y avait une série de bouteilles d’alcool sur les appuis de fenêtre.

Si les vieux Lessinois ont l’habitude de vivre dans un parfum de surréalisme, les nouveaux habitants s’interrogent vraiment sur le fonctionnement de ce Centre Culturel René Magritte.

Le Centre Culturel se targue de donner une image positive de Lessines.  L’échevin de tutelle pourrait-il veiller au moins à ce que le guichet d’accueil du Centre Culturel soit efficacement  indiqué avec des heures d’ouverture claires et que l’accueil y soit correct ?

Chée Victor Lampe à Ollignies :  le Collège est-il bien conscient de ses responsabilités ?

 Lors du conseil du 24 Mars 2016 Ecolo interpellait le Collège sur l’urgence et la nécessité à agir face au  danger engendré par l’état de délabrement de la Chaussée Victor Lampe et d’autres voiries.

Deux mois plus tard, mis à part le placement d’une limitation de vitesse de type C43, complétés du panneau « route dégradée » et du panneau danger A 51, rien n’a changé. Aucune réparation, même provisoire, n’a été effectuée.

L’état du passage pour piétons face à Jardi-Service à Ollignies s’est encore dégradé.

Les nombreux nids de poule, bientôt presque des nids d’autruche, portent les traces de choc des roues des véhicules qui s’y abiment. Que se passera-t-il si un automobiliste perd le contrôle de son véhicule ?

 

La jurisprudence est explicite, dès lors que le danger est avéré et connu, il ne suffit pas de signaler le danger mais il faut aussi y remédier. En cas d’accident, la responsabilité, pénale et civile, du Bourgmestre et des Echevins serait engagée.

Ce devoir de sécurité concerne également les parties de voies publiques appartenant ou gérées par un autre pouvoir public.

Le Ministre Maxime Prévot a les travaux publics et la sécurité routière dans ses attributions. Les relais  CdH du collège à la région seraient-ils impuissants ?

Monsieur le Bourgmestre, avez-vous recouru à des voies de droit pour faire agir la Région Wallonie en sa qualité de gestionnaire de la voirie ? Si oui les quelles et quand ? Si non qu’attendez-vous pour le faire ?

Le « c’est pas moi c’est lui » a suffisamment duré dans cette affaire. Il est temps que la commune prenne ses responsabilités.

Au sujet du passage pour piétons, une solution temporaire et moins onéreuse pourrait consister à le déplacer d’une dizaine de mètres sur une portion de chaussée non dangereuse

Plan de transport de la SNCB, quel avenir pour Lessines dans le nouveau plan ?

Le plan de transport de 2014 de la SNCB a eu un effet désastreux sur la qualité de la desserte de la gare de Lessines . Jamais les conditions n’ont été plus mauvaises pour les navetteurs lessinois pour rejoindre la capitale : le voyage n’est plus direct, la durée du trajet a été prolongée, la desserte par Grammont a été rendue impossible et les possibilités de retour en soirée ont été fameusement restreintes. Ne parlons pas de la qualité du matériel : ce sont les veilles voitures de la SNCB qui s’arrêtent encore chez nous et, aux heures de pointe, elles sont souvent en nombre insuffisant.

En ce moment, la SNCB prépare son prochain plan de transport qui devrait entrer en application fin 2017. Dans ce cadre, elle a organisé durant ce mois de mai un « roadshow » à travers les provinces afin de prendre connaissance des attentes des autorités locales. En Hainaut, une rencontre aurait été organisée la semaine dernière. Le Collège a-t-il été invité ? Si oui, a-t-il pu dénoncer le plan de 2014 et revendiquer de substantielles améliorations pour l’avenir ? Quelle stratégie compte-il mettre en œuvre pour que les revendications soient entendues ? Une concertation avec les autres Bourgmestres de la Wallonie Picarde est-elle en cours ? En particulier avec ceux de Silly, de Ath et d’Enghien puisque l’on sait que ces villes ont tout à gagner à ce que les lessinois prennent le train au départ de Lessines ?

Sécurisation des riverains et usagers de la chaussée Gabrielle Richet

En catimini, le dossier Snow Games refait surface. Ce dossier  n’a pas beaucoup évolué depuis qu’un permis unique lui a été  octroyé en 2005 .  Ce qui fait dire à une partie de l’administration wallonne que le permis est devenu caduque car, en vertu du décret du 11 mars 1999 relatif au permis d’environnement, les travaux doivent être commis de manière significative dans les deux ans qui suivent sa délivrance. Et vider quelques camions de déchets dans une vieille carrière ce n’est pas vraiment ce qu’on peut appeler un commencement de chantier….Ecolo en convient, il n’y a pas unanimité sur la question, même au sein de l’administration wallonne! Un incompréhensible flou règne et profite aux promoteurs de Snow Games !

La seule certitude aujourd’hui, c’est que la carrière Noté qui devait être comblée par des roches et des briquaillons provenant de centres de tri autorisés en vue de créer un parking ne l’est toujours pas contrairement aux promesses des promoteurs et qu’en lieu et place des roches et des briquaillons se sont des matériaux  considérés par la législation comme des déchets qui ont été versés dans la carrière.  En toute illégalité donc. Ce qui a poussé l’Unité de Répression des Pollutions à demander la cessation des activités à 3 reprises : en octobre 2009, en février 2010 et en octobre 2010.  Le 21 décembre 2010, elle a en outre ordonné la réhabilitation du site.

Jusqu’à aujourd’hui, les décisions de l’Unité de Répression des Pollutions n’ont été invalidées par aucune autorité ou juridiction.

Les manquements et les mensonges des promoteurs de Snow Games sont nombreux. On ne peut plus leur accorder aucun crédit. Pourtant, ils bénéficient toujours d’un soutien politique tant à la Région Wallonne qu’à la ville de Lessines. Ainsi, malgré le contexte qui vient d’être rappelé, malgré l’avis défavorable de l’Unité de Répression des Pollutions, malgré l’absence d’un rapport de synthèse du fonctionnaire technique, malgré l’absence d’un projet d’arrêté que ce fonctionnaire est sensé fournir, le 25 avril dernier, le Collège a donné l’autorisation aux promoteurs de Snow Games de procéder à des tirs de mine sous la chaussée Gabrielle Richet d’ici au 25 juillet 2016.

Ecolo prend acte et vous demande quelles mesures vous prendrez pour faire appliquer toutes les mesures de sécurité nécessaires afin d’éviter dangers et nuisances aux riverains et aux usagers de la chaussée Gabrielle Richet.

Réflexion complémentaire :

 Les tunnels  creusés par l’usage de mines devront être consolidés par des ouvrages techniques et d’ingénierie. Or, aucun permis d’urbanisme n’a été demandé ni accordé. En fait, il y aurait dû y avoir une demande de permis unique qui évidemment est beaucoup plus lourd en délai et en moyen. Actuellement, si Snow Games fait les  travaux de consolidation, elle le fera sans permis et donc, commettra une infraction urbanistique. D’autre part, la commune  engage sa responsabilité s’il devait y avoir écroulement des tunnels suite à l’absence ou à l’arrêt des travaux de consolidation.

Le permis tel que rédigé est dangereux pour tous et le bourgmestre engage sa responsabilité civile et pénale.

A huis clos

Demande d’autorisation d’interjeter appel d’un jugement. Décision.

Si le jugement du 12 avril 2016 est défavorable pour la ville de Lessines, c’est notamment parce que le juge note que la Ville met plus de 6 mois après les faits pour demander réparation. Pour mémoire, les faits datent du 19 janvier 2013 et ce n’est que le 19 juillet 2013 que la Ville demande réparation au membre du personnel impliqué.

Notons d’abord qu’il serait correct de noter dans la délibération que le conseil ne fait que entériner la décision du collège (l’appel devait être introduit pour le 12 mai au plus tard), ensuite, vu que d’une part l’argumentation du juge est pertinente et que d’autre part, le Collège n’apporte aucun élément nouveau dans ce dossier, la ville n’a rien à gagner. Les seuls qui y gagnent  sont les avocats!


Conseil communal de ce 27 avril.

Une question: La création d’une liaison entre la sortie de l’autoroute de la cavée et le zoning ouest -Baxter était attendue depuis longtemps et Ecolo se réjouit que ce projet  se concrétise enfin. Par contre, la construction d’une bretelle qui aboutit sur la chaussée de Renaix est une aberration car cela va dévier tout le trafic pour Lessines et Grammont vers la chaussée de Renaix, chaussée  bordée de centaines d’habitations. Les nuisances que connaissent déjà les riverains de cette chaussée seront décuplées ! La majorité en place a pourtant milité pour que ce tronçon de route soit construit en argumentant que cela ferait avancer le projet de finalisation du contournement de la ville par la construction d’une route reliant ce rond-point de la chaussée de Renaix à la chaussée de Grammont à hauteur de l’Astoria. Où en est ce fameux projet? Quand pourrons-nous voir les plans?

———————————————————————————————————————————————–

Conseil communal de ce 24 mars.

Une question en point complémentaire : (et trois interventions – voir plus bas )

Chaussées Victor Lampes et de Renaix – Bd De Schevenels- N521 : quand ces voiries régionales seront-elles réparées ?

Monsieur le Bourgmestre, nous savons que vous avez mis sous pression le Service Public Wallonie Direction générale opérationnelle Routes et Bâtiment – le SPW DGO1 – en la menaçant d’utiliser votre pouvoir de limiter la circulation à 30km/h sur la Chaussée Victor Lampe si elle ne procédait pas à des réparations urgentes de ladite chaussée entre le numéro 51 et le rond-point du Castel. Cette tactique a débouché sur la pose de deux trois rustines, mais sans plus ; plusieurs zones dangereuses sont restées non réparées. Sur plusieurs mètres de long, la voirie est encore fortement dégradées (voir photos ci-après). Le passage pour piétons face à Jardi-Service est lui aussi dans un état déplorable, et ce ne sont ici pas les voitures qui risquent le plus mais bien les piétons, usagers faibles, qui pourraient trébucher en traversant la chaussée. La chaussée Victor Lampe n’a pas le triste privilège d’être dans un état déplorable. Le même constat peut être fait pour le boulevard de Schevenels à l’approche du rond-point de la porte d’Ogy. Ne parlons pas de l’état de la N521 déjà évoqué à plusieurs reprises lors de précédents Conseils qui semble abandonnée à son sort… Et depuis peu, c’est la Chaussée de Renaix qui est parsemée de trous ! L’état de plus en plus lamentable des routes a de multiples conséquences pour les usagers de la route : au mieux, il endommage les suspensions ou les roues de leur véhicule, au pire, il peut leur faire perdre le contrôle de leur véhicule. Et pour un deux roues, cela représente un vrai danger mortel. De plus, ces trous et profondes fissures ont aussi de fâcheuses conséquences sur la qualité de vie des riverains : ils causent une augmentation notable des nuisances sonores et des vibrations au passage du charroi de plus en plus important et de plus en plus lourd. Enfin, que dire de l’image peu flatteuse que donnent à notre ville ces principales voies d’entrée à notre entité ! Au regard de l’Article 135 de la Loi Communale, il est de la responsabilité du Bourgmestre et des Echevins d’agir. En cas d’accident, votre responsabilité serait engagée. Au minimum des panneaux de limitation de vitesse de type C43, complétés du panneau « route dégradée » et du panneau danger A 51 devraient être mis en place. Quand demanderez-vous au SPW ou au service travaux de Lessines de le faire ? Relevons aussi qu’il est paradoxal que la Région Wallonne construise sur l’entité de Lessines une nouvelle route de contournement incomplète, alors qu’elle n’est pas à même d’entretenir l’actuelle route de contournement et les autres voiries y menant! Les priorités de ceux qui sont à la tête de notre Région sont déconcertantes. .. Il serait bon Monsieur le Bourgmestre que vous rappeliez à la Région Wallonne que la sécurité des usagers et riverains doit être la priorité des pouvoirs publics. Envisagez-vous donc de recourir à d’autres voies de droit pour faire agir le gestionnaire de la voirie ? Si oui lesquelles et quand ?

et les trois interventions de nos conseillers :

6. Acquisition d’un lave₋linge et d’un sèche₋linge pour la crèche communale.

Avant de prendre la décision d’acheter ce matériel pour près de 4.000 Euros, Ecolo se demande si la crèche ne pourrait pas recourir au service blanchisserie du CPAS. Est-ce que cette option a été envisagée ? Ne rate-t-on pas ici l’occasion de prouver que le renforcement des synergies entre les services communaux et le CPAS n’est pas qu’un slogan ?

12. PCS. Rapport financier et rapport d’activités.

Cette année, dans le rapport, le projet de jardin communautaire est longuement développé. A raison, car c’est une superbe initiative bien encadrée qui permet de créer ou de restaurer des liens sociaux, de briser l’isolement, d’apprendre à cultiver, à éviter le gaspillage, etc. C’est aussi un projet qui crée des liens entre associations. Pour Ecolo, il doit vraiment être encouragé et davantage popularisé. Certes, il concerne avant tout un public précarisé, mais ce projet peut interpeller tous les Lessinois : les questions autour de l’alimentation nous concernent tous. Il ne faudrait cependant pas qu’il soit brisé dans son envol en raison d’un problème de terrain. L’actuel terrain est en sursis : il sera mis en vente dans les semaines à venir. Un terrain alternatif devra selon toute vraisemblance être trouvé bientôt. Ecolo n’ignore pas que des alternatives ont déjà été envisagées, mais il invite le Collège à trouver une solution pérenne en ville. Ce projet a besoin d’être développé dans la durée et près de son principal public cible.

15. Commission consultative communale d’Aménagement du Territoire et de la Mobilité.

Ecolo note que l’échevine de l’aménagement du territoire a seulement assisté à deux réunions sur 6 ! Et 6 réunions, c’est le minimum légal pour ne pas perdre les subsides auxquels la ville à droit pour l’organisation de cette Commission consultative. Ecolo note aussi que les points mis sur la table aux cours des réunions concernent surtout des avis de modification de voirie ou des régularisations. Des sujets peu motivants pour les membres. Les grands enjeux en matière de mobilité, d’environnement et de développement du territoire ne sont pas abordés. Les 3 groupes de travail qui auraient pu se pencher sur ces questions ne se sont pas réunis en 2015 ! A l’heure où Lessines et ses villages cherchent à se reconstruire et à se développer, il est regrettable que la CCATM soit d’une certaine manière mise hors-jeux. Le Collège doit soutenir cette commission, les deux échevines, membres de droit, doivent, par leur présence montrer l’attachement qu’elles portent à cette commission. Enfin, des aspects organisationnels doivent aussi être revus pour améliorer le taux de participation des membres. Dans un contexte peu motivant, ce taux diminue aussi parce que les réunions ne sont planifiées qu’une semaine à l’avance. Ce n’est pas correct !

—————————————————————————————–

Conseil communal de ce 25 Février.

Une série de remarques de la part d’Ecolo au sujet des points mis à l’ordre du jour. Pas de grande nouveauté dans cet ordre du jour et plusieurs points peu ou mal documentés dans les dossiers transmis à nos conseillers . Six positions exprimées:

point 2. Maintenance des archives de la Ville de Lessines

545 euros hors TVA par jour de travail, c’est cher payé l’archivage. Pourquoi recourir à une société privée pour ce travail récurrent ? Ne serait-il pas plus intéressant de former un employé communal à cette tâche ?

point 3. Acquisition et entretien de plantations pour le fleurissement

Pour la première fois depuis cette mandature, l’appel d’offre est lancé suffisamment à temps pour permettre une vraie mise en concurrence des fournisseurs. Les remarques faites par Ecolo les années précédentes semblent enfin avoir été entendues. En revanche, Ecolo regrette toujours que l’entretien des plantations soit confié à une société privée. Du personnel communal formé pourrait, ici aussi, parfaitement effectuer ce travail.

point 4. Acquisition de pierrailles, ,de béton et de peintures

Les achats pour le service travaux sont à l‘honneur de ce Conseil communal. Ce point est le premier d’une longue série. Ecolo présume que, dans l’ensemble, ces achats sont pertinents. Mais les montants en jeu sont loin d’être anecdotiques. Pour ce point, il est question de 96.000€ pour des pierrailles, de 75.000 pour du béton, de 22.500 pour de la peinture et de 225.000 pour des produits hydrocarbonés ! A-t-on l’assurance que tous ces produits seront bien repris dans l’inventaire du service travaux ? Ecolo a un doute…Enfin, même si les montants inscrits ne seront pas nécessairement dépensés, nous aimerions bien savoir ce que le service travaux compte faire de 300 mètres cubes de béton ; 300 m3, ça équivaut à un cube de presque 7m de côté !

Point 7. Acquisition de plaques commémoratives

Ecolo est surpris de ne pas avoir trouvé dans le dossier de précision quant à la destination de ces plaques. Le collège a-t-il déjà une idée à ce sujet ?

Point 11. Acquisition de tableaux interactifs et d’ordinateurs pour l’école de Bois-de-Lessines

Chaque année, nous achetons ces très coûteux tableaux interactifs. Pourquoi pas, si ces tableaux sont couplés à un projet pédagogique. Mais ce qui interpelle, c’est que l’école de Bois-de-Lessines semble bénéficier d’un régime de faveur. On se serait attendu à ce que ces tableaux soient plutôt destinés à l’école des 3 tilleuls à Deux-Acren qui met pourtant clairement l’informatique au cœur de son projet pédagogique!

Point 24. paiement d’une tranche d’honoraires à l’auteur de projet des travaux d’aménagement d’une bibliothèque communale

Avec ce paiement, le Conseil va clôturer un projet vieux de plus de dix ans. Un projet mort-né qui n’a jamais été défendu par la majorité. La ville a cependant toujours un bâtiment relativement important sur les bras. Que compte-t-elle en faire ?

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Conseil communal de ce 28 janvier.

Une motion relative à l’introduction de clauses sociales, environnementales et éthiques dans les marchés publics. Texte complet: https://www.lessines.ecolo.be/?Conseil-communal-du-28-janvier

Six questions:

1. Entretien de la ville : quels moyens vous donnez-vous ?

De très nombreux citoyens se plaignent du manque d’entretien des espaces publics. Il y a les canettes et autres déchets qui salissent les rues et les espaces verts mais aussi la végétation qui s’en donne à cœur joie en camouflant les poteaux indicateurs, en envahissant les chemins. Au service travaux, combien d’équivalents temps plein sont-ils consacré au nettoyage, à l’entretien de l’espace public? Quelle est la répartition de ces ETP entre les différents villages ? Un plan d’entretien existe-il ? Quelles mesures envisagez-vous pour améliorer la situation?

2. Wardois à Ogy

wardois_1.jpg Le manque d’entretien de l’espace public ne date pas de hier. Et cela a souvent, à court, moyen ou long terme, des conséquences sur la sécurité. A Ogy, par exemple, au niveau du pont qui enjambe l’Ancre, un arbre pousse depuis quelques années. Pousse, dans tous les sens du terme : il pousse la conduite qui longe le tablier du pont. Le tronc a bientôt une trentaine de cm de diamètre. Va-t-on attendre que la conduite saute pour agir ?

 

 

 

 

 

3. Etat de la N521 : que fait la commune pour faire bouger la région ?

Ecolo a, à plusieurs reprises dénoncé l’état, déplorable de la N521 entre Ogy et Wannebecq . Récemment, un article de presse a encore rappelé que cette portion de nationale qui traverse nos villages a été oubliée par la Région wallonne ! Que fait le Collège pour que la Région wallonne s’empare enfin de ce dossier ? Qu’attend-t-il pour utiliser les bons relais au sein du gouvernement wallon dont il se vante ?

4. Signalisation des chantiers

A Lessines, comme ailleurs en Wallonie d’ailleurs, les chantiers et obstacles sur la voie publique sont souvent très mal signalés et sécurisés. C’est encore le cas, aujourd’hui, avec le chantier face au n°122 de la rue des combattants à Ollignies. Il n’est pas simple pour les petits entrepreneurs ou les particuliers de respecter la législation en la matière. C’est pourquoi en 2006, sous la mandature de M. Masure, une « Nouvelle procédure de gestion des chantiers et obstacles sur la voie publique » avait été mise en place. Les lignes de force de cette procédure sont reprises dans la note AM/cc/1715.2006 du 10 novembre 2006. Elles sont au nombre de 3 : -respect, avec tolérance zéro, de l’AM du 07.05.1999 relatif à la signalisation des chantiers et des obstacles sur la voie publique ; – fourniture aux demandeurs d’un plan de signalisation, approuvé par un spécialiste en sécurité routière ; – contrôle obligatoire, sur le terrain, des obligations imposées par l’arrêté du Bourgmestre. Force est de constater que cette procédure n’est plus d’application aujourd’hui. Pourquoi ? Dans le cas ou l’un ou l’autre aspect de cette procédure serait devenu obsolète, ne serait-il pas opportun de l’adapter afin qu’elle puisse à nouveau permettre d’atteindre les objectifs qu’elle était sensée rencontrer ?

5. Suppressions des passages à niveau

A partir du 1er février, les passages à niveau n°115 à Houraing et n°117 à Papignies seront supprimés. La traversée des voies ne sera donc plus possible. Cette décision a été prise par Infrabel. Cette fermeture aura un impact important pour les piétons et les cyclistes. Le 7 octobre dernier, lors de la réunion de présentation du projet de suppression de l’ensemble des passages à niveau, l’échevin de la mobilité, M. Brassart semblait prêt à défendre auprès d’Infrabel le maintien du passage n° 117. Quel contact a-t-il pris à ce sujet et qu’a-t-il obtenu ? Pour ce qui concerne le n°115, il avait été dit lors de cette réunion du 7 octobre que la suppression ne pouvait être envisagée qu’à la condition qu’une solution soit trouvée pour permettre le croisement de deux convois agricoles sur les voiries desservant le passage à niveau n° 114. Cette condition est-elle remplie ? Dans l’affirmative, quelles mesures avez-vous prises pour qu’elle le soit ?

6. Accueil des demandeurs d’asile

Un article de presse de la Dernière Heure faisant état des rumeurs concernant l’installation de 300 réfugiés dans l’entité a récemment créé un certain émoi dans la population. Nous avons pu y lire la réponse mesurée de M. le bourgmestre. Ecolo pense aussi que dans le contexte de la crise humanitaire qui secoue l’Europe suite à une vague sans précédent de demandes d’asile, chaque commune wallonne doit accueillir des hommes, des femmes et des enfants qui ne peuvent plus vivre en sécurité et ont souvent tout perdu dans leur pays d’origine. Et comme l’on sait qu’il n’y a pratiquement plus de places disponibles dans le réseau d’accueil et que les besoins restent énormes -Fédasil parle d’un besoin de créer près de 1 000 places par semaine- Lessines devra continuer à se montrer ouverte (nous savons qu’elle l’est déjà). Il importe aussi pour Ecolo que la répartition des réfugiés soit équilibrée entre communes pour aider à une meilleure intégration. M. le bourgmestre, pouvez-vous nous dire ce qu’il en est de cette rumeur ? Le secrétaire d’État à l’asile et à la migration a-t-il déjà communiqué à la ville de Lessines le nombre de demandeurs d’asile qu’elle devra accueillir ? Par ailleurs, compte tenu de la teneur très émotionnelle de ce sujet –il suffit de consulter les réseaux sociaux pour se rendre compte du déchainement des passions et du réveil des pires instincts humains chez certains de nos concitoyens- songez-vous à organiser une réunion d’information dans le cas où la rumeur s’avèrerait fondée, ne fût-ce que partiellement ? Démystifier l’accueil des demandeurs d’asiles et des migrants tout en démontrant que la ville de Lessines n’ignore pas les préoccupations de ses citoyens et reste à leur écoute nous semble essentiel pour éviter des divisions peu propices à l’évolution positive de notre cité.