Les questions posées par les conseillers communaux Ecolo, Philippe Hocepied et Cécile Verheugen. Et plus bas dans l’article, leurs avis sur les points à l’agenda.

Lessines « Commune zéro déchet » est-ce à l’ordre du jour de la majorité ?

Gaspiller moins, produire moins de déchets doit devenir une priorité de notre société.

Pour inciter les communes à montrer l’exemple, la Région Wallonne a lancé le projet « Commune, zéro déchet ». Elle a lancé un appel à candidature dans le but de soutenir par des actions concrètes 10 communes prêtes à mettre en place une véritable dynamique “Zéro Déchet” sur leur territoire. Le hic, c’est que les communes doivent déjà être actives sur ce thème pour avoir des chances d’être sélectionnées. On doute donc que la ville de Lessines -si tant est qu’elle ait eu l’intention de répondre à l’appel- ait une quelconque chance…

Mais on peut supposer que la Région Wallonne rééditera ce type d’appel. Ecolo demande que Lessines s’y prépare.

Que compte faire la majorité pour réduire de manière ambitieuse la quantité de déchets produits sur le territoire lessinois ?

[ ndlr: Les ménages wallons jettent annuellement environ 500 kg de déchets. Une bonne partie est recyclée mais il reste toujours 145 kg en bout de course. L’ambition, c’est de réduire cette proportion à 100 kg, voire moins, en quelques années seulement.
des exemples ? une ville : http://www.roubaixzerodechet.fr/  , un particulier : https://zerocarabistouille.be/ ]

Concertation avec les riverains d’Houraing

Le projet d’édification d’un immeuble de 14 logements par l’Habitat du Pays vert à Houraing suscite le mécontentement des riverains et un Collectif contre ce projet a même vu le jour.

Ecolo a soutenu la majorité dans sa volonté de construire du logement social pour répondre à la pénurie de logements de ce type à Lessines et a trouvé logique que l’Habitat du Pays vert construise d’abord sur un terrain qui lui appartient.

Cependant, Ecolo s’interroge quant à la manière dont les riverains ont été associés au projet. Le Collectif créé a soulevé lors de l’enquête publique des questions pertinentes au sujet du volume, de l’ensoleillement, des places de parking, des espaces verts, de la convivialité, etc.  et a poussé la réflexion jusqu’à proposer des solutions alternatives. Ces questions et solutions ont-elles été examinées par le Collège ?

Nous savons aujourd’hui, que le projet en tant que tel ne sera pas amendé. Toutefois, nous avons vu et entendu dans la presse que l’aménagement des abords du bâtiment proprement dit serait envisageable. Est-ce exact? Le Collège va-t-il associer cette fois les riverains à la réflexion avant de leur proposer un aménagement à prendre ou à laisser ?

Route de contournement et urbanisme

Si des routes de contournements s’avèrent nécessaires pour maintenir la quiétude des villages, une grande partie de ces routes sont surtout le fruit d’un manque de vision du développement urbanistique de la Wallonie. Les autorités ont laissé construire le long de ces routes (Bd Branquart et Schevenel, route industrielle par ex), elles ont autorisé le développement de zonings industriels en  zones rurales loin des routes et elles ont favorisé la délocalisation du commerce en dehors des centres-villes. Aujourd’hui, il y a une prise de conscience que ces politiques mènent à la paupérisation des centres-villes et à la destruction de surfaces agricoles. Malheureusement  cette prise de conscience est bien timide et  il n’y a pas encore de remise en question du modèle qui demande toujours plus de routes pour toujours plus de voitures et de camions !

Certes, ce n’est pas la ville de Lessines à elle seule qui doit remettre en question ce modèle. Mais elle doit contribuer à une réflexion sur ce sujet, d’autant plus qu’elle appelle de ses vœux la réalisation de la dernière phase du contournement pour réduire les nuisances que subiront les habitants de la chaussée de Renaix quand les travaux en cours seront achevés.

Vu les enjeux, ce sera un travail de longue haleine qui relève de la compétence de la CCATM.

Le Collège envisage-il de le faire ? En collaboration avec la CCATM ?

Par ailleurs, puisque la dernière phase du contournement a été évoquée, l’on sait qu’un jour ou l’autre un rond-point sera construit au niveau de l’intersection entre la route industrielle et la N42. Or à cet endroit, il y a des terrains à bâtir ! Il serait absurde d’y laisser construire de nouvelles habitations.
Ne serait-il pas utile d’exproprier ces terrains –ou à tout le moins une partie d’entre eux- avant que l’on construise dessus ?
Le Collège pourrait-il demander à la RW d’examiner cette idée ?

 

les avis d’Ecolo
_____

9. Programme d’investissement communal 2017-2018.

Le programme d’investissement pour 2017-2018 est décevant : on n’y retrouve principalement que ce qui n’a pas été réalisé lors du programme précédent, à savoir la rénovation des ponts de la route industrielle. On y trouve aussi une rénovation de l’égouttage de la rue de la station à Papignies. Ce n’est pas avec ce plan que le visage de Lessines et de ses villages changera !

11. Octroi d’un subside au Plan stratégique « Pays de Dendre » pour les années 2017 et 2018.

S’associer au Plan stratégique « Pays de Dendre » initié par la Flandre est une excellente décision aux yeux d’Ecolo. La Dendre fait partie de notre patrimoine. Elle traverse plusieurs localités et ne s’arrête bien entendu pas à la frontière linguistique.

12. Octroi d’un subside extraordinaire à la zone de police en vue de l’installation d’un système de caméras de vidéosurveillance.

Le Collège persiste et signe. Depuis le début de la mandature, il a dans l’idée que des caméras seront la solution aux problèmes rencontrés dans le centre–ville sans même faire faire une étude sur leur opportunité, surtout quand on sait que les problèmes rencontrés sont très spécifiques. Ecolo aurait encore pu comprendre que l’on teste une caméra à un endroit stratégique –à la gare par exemple- mais il n’est pas question de test, la majorité se la joue « big brother ». C’est un jeu qui coûte cher : plus de 225.000€ ; et ce montant ne tient pas compte des frais de maintenance et des frais de visionnage des images caméras. Ecolo a déjà eu l’occasion de le dire au Conseil : les études montrent souvent que là où des caméras sont installées, la criminalité se déplace ou s’adapte : on voit de plus de plus d’images dans la presse de malfaiteurs qui portent une capuche ou qui se cachent le visage d’une manière ou d’une autre ; ce qui les rend difficilement identifiables. Pour Ecolo, si le recours à la technologie peut ponctuellement s’avérer pertinent pour endiguer la criminalité, ce sont avant tout les moyens humains qui peuvent garantir la sécurité dans l’espace public. Il serait plus utile de consacrer des moyens pour d’une part, identifier les problèmes afin de mieux les prévenir et d’autre part, investir dans une police de proximité qui n’existe que sur le papier, mais pas sur le terrain. Qui connait son agent de quartier ?

18. Vente avec charges d’une propriété communale sise rue René Magritte 33, 35 et 37 à Lessines. .

C’est une bonne chose d’avoir confié à un jury la sélection des 3 projets qui ont été soumis. Ce jury a pu faire un choix audacieux en toute indépendance. Il y a des choses à dire sur ce projet, mais son grand intérêt c’est de combiner l’espace public avec l’espace privé, de proposer un espace de transition qui relie la gare au chargeur à bateaux et de prévoir dès le départ des parkings souterrains.
Le projet retenu est aussi intéressant pour les finances communales.
Ce projet doit cependant évoluer car, comme le souligne d’ailleurs le jury, le maintien d’une grande partie des anciennes façades n’est pas des plus heureux : c’est du « façadisme » qui ne se justifie pas vraiment vu la piètre qualité de la plupart des façades. En plus, il n’est pas difficile d’imaginer que la coursive prévue derrière les façades deviendra vite un dépotoir…
Ce qui interpelle aussi, c’est la taille des logements. Certes, aujourd’hui, les logements sont de plus en plus petits pour diverses raisons : pour des raisons sociologiques et écologiques, mais surtout pour des raisons économiques. Et ici, on perçoit que l’économie prime puisqu’il est prévu de transformer des containers en logements. Ce qui fait que le logement d’une chambre ne fait que 28,40 m², celui de 2 chambres 42,40 m² et celui de 3 chambres 58 m². Nous sommes en dessous des minimas recommandés par la Région Wallonne. Pour Ecolo, ça doit être revu.
Enfin, on découvre aussi dans le projet, dans le prolongement d’un chemin à créer, une passerelle qui enjambe la Dendre. C’est une bonne idée. Est-il prévu de coordonner les travaux de manière à ce que cette passerelle soit praticable dès la fin de la construction de l’ensemble immobilier ?