5.Aménagement de l’hypercentre. Travaux rue du Ruichon.

Ecolo se réjouit que ce projet avance. Rappelons que pour 2 euros investis par le privé, 1 euro est consacré à l’amélioration de l’espace public. La construction du bâtiment de logements a bien avancé, il est donc temps maintenant de reconstruire et d’aménager le Ruichon selon les plans votés il y a déjà bien longtemps.

8. Aliénation d’un bien communal rue de Grammont, 2 à Lessines.

Dans l’absolu, une publicité élargie aurait pu nous faire espérer un prix de vente plus proche de l’évaluation que nous avons trouvée dans le dossier.

Après étude du dossier, vu la dimension du terrain, vu l’état de vétusté du bâtiment, vu le projet des candidats propriétaires, la proposition semble raisonnable, empêchera la taudisation et participera à la rénovation du centre-ville. Ecolo approuvera donc ce projet d’acte.

9. Révision du plan de secteur Ath-Lessines-Enghien

Nous l’avons déjà dit lors du Conseil précédent, ce vaste projet, appelé CUP 2020, engage l’avenir de notre ville. Il est donc essentiel que les Lessinois y portent une grande attention et soient correctement informés. En matière d’information, Ecolo est persuadé que la ville peut mieux faire ! Quand on voit le nombre très limité de réactions au sujet de cette modification de plan de secteur – à peine une demi-douzaine !- cela confirme notre conviction que tout n’a pas été fait pour encourager les Lessinois à prendre connaissance de ce projet. Quand nous rencontrons les Lessinois, nous nous rendons compte notamment que la plupart ignore que l’extension des carrières entraînera la suppression à moyen terme d’une partie de la rue de Loge.

Pour la suite de la procédure, nous attendons que la majorité fasse plus que ce que la législation lui impose. Nous attendons qu’elle soit proactive, cela évitera notamment de réunir en urgence un Conseil communal pour un dossier en cours depuis des années dont les échéances devraient être logiquement bien connues par ceux qui le suivent.

Ce matin nous devons donner l’avis de la commune sur la révision du plan de secteur. Comme les carrières vont installer leur plate-forme multimodale dans une zone agricole de 5,6 hectares, elles doivent remettre en zone verte la même surface (5,6 hectares) qui n’est pas zone verte pour le moment.

Initialement, la zone de compensation envisagée comprenait. la réserve d’explosifs des CUP. C’était une très mauvaise proposition. Dans le dossier soumis à l’enquête, le bureau d’ étude ARIES a fait une contre-proposition nettement plus acceptable mais qui avait l’inconvénient d’étendre la zone de compensation planologique sur la ZACC (Zone d’Aménagement Communal Concerté).

Finalement, la nouvelle proposition faite par les services techniques de la ville, et qui est soumise au vote , est nettement meilleure que celle proposée par le bureau d’étude ARIES : il est effectivement préférable de ne pas toucher à la ZACC pour ne pas compromettre le développement de cette zone à l’avenir et d’étendre la zone de compensation vers le terrain actuellement en zone d’activité économique industrielle.

La décision finale revient au gouvernement wallon. Il est donc important de justifier au mieux notre vote. Ecolo propose d’ajouter à tous les considérants déjà très pertinents celui-ci :

«Considérant que l’extension de la zone de compensation vers l’ouest permet de mieux protéger la zone naturelle existante en augmentant le contact de celle-ci avec la zone verte.» .

Ecolo demande de mettre cette proposition au vote.

Ecolo se demande aussi s’il ne serait pas judicieux de rallier les CUP à notre proposition de compensation pour lui donner toutes les chances d’être retenue par le gouvernement wallon. .

11. POLLEC3. Plan d’Action en faveur de l’Energie Durable et du Climat.

Ce rapport est la synthèse du travail de l’administration avec les productions d’idées du comité de pilotage. Ce comité est composé d’une petite trentaine de citoyens qui ont travaillé dans un esprit constructif et de participation citoyenne. (C’est une façon de travailler qu’Ecolo encourage à poursuivre et à appliquer à d’autres dossiers!). Tout cela a été réalisé dans un temps record pour que le dossier puisse être soumis à la Région Wallonne dans les temps. Ecolo remercie les agents qui ont animé plusieurs réunions en dehors des horaires habituels et qui nous ont ensuite expliqué intelligemment ce rapport.

Ce rapport nous permet déjà de voir que, entre 2006 et 2014, l’ensemble des consommateurs sur le territoire de Lessines a augmenté sa consommation d’énergie (tous vecteurs confondus: électricité, gaz, pétrole, “autres”). Mais comme la proportion de produits pétroliers a nettement baissé, cela a permis quand même une baisse des émissions de CO². Malheureusement, ce constat n’est pas valable pour la consommation du patrimoine communal qui, entre 2006 et 2014 n’a pas changé de vecteur énergétique.

L’objectif de Lessines de diminuer le taux d’émission de CO2 de 40% pour 2030 est réalisable si et seulement si on s’y attèle dès aujourd’hui. Si certaines projets demandent de gros investissements (isolation de toitures, remplacement de chaudières, modification de l’éclairage public,…) d’autre économies sont applicables dès ce soir: le rapport en présente quelques unes.
En voici d’autres: fermer les fenêtres lorsque le chauffage fonctionne, éteindre les lampes et les appareils électriques quand on ne les utilise pas, organiser les trajets vers l’école à pied ou en vélo pour éviter l’embouteillage de voitures devant les écoles, composter sur place les déchets organiques, arrêter le moteur des voitures qui poireautent au passage à niveau, informer et conseiller les citoyens pour que chacun participe à la transition énergétique indispensable si nous voulons transmettre un environnement sain aux générations futures…

Ce document propose aussi toute une série d’actions pour éviter que la situation actuelle (périodes de sécheresse et risques d’inondations) n’ait trop de répercussions sur notre santé et sur notre environnement.

Ce rapport est aussi très intéressant d’un point de vue pédagogique : il dresse non seulement l’inventaire des risques que nous encourons, mais il dresse aussi le coût de l’inaction pour le patrimoine communal. Vu que le prix de l’énergie augmente de quelques pourcents chaque année (électricité 3% et chauffage 5%), des millions d’euros partiront en fumée si nous ne faisons rien.

Il y a donc du boulot! Ecolo espère bien que le collège prendra les bonnes décisions en la matière car il n’y a plus de temps à perdre. Le rapport ne concerne d’ailleurs que le rejet de CO². Il faudra aussi limiter les autres gaz à effet de serre et les particules fines… et les autres polluants.

12A Piscine communale

Ecolo ne reviendra pas sur les diverses interventions qu’il a pu faire à ce sujet depuis plus d’un an et demi. Vous connaissez nos inquiétudes quant à l’état de la piscine!

Ce dossier est lourd et complexe, on en convient. Cela nécessite par conséquent une communication soignée. Or, c’est loin d’être le cas entre les membres des organes de gestion et encore moins au sein du personnel. La communication est carrément inexistante envers les utilisateurs et le public. Nous remercions néanmoins l’échevin des sports pour l’envoi aux conseils d’administration du rapport technique dans son courrier du 24 août.

Ecolo demande donc une information claire et la plus complète possible. Il nous faut une vue sur l’avenir de cette piscine. Les problèmes s’y accumulent, l’addition monte de mois en mois. Il nous faudrait par conséquent une vue des coûts qui nous attendent, une étude de viabilité à moyen terme afin d’éviter des dépenses intempestives sur une structure vieillissant mal . Peut-être finalement serait-il plus intéressant de reconstruire une nouvelle piscine que de vouloir constamment réparer un outil dépassé? C’est maintenant que cette réflexion doit être faite si l’on veut donner un avenir à la piscine. C’est en prenant les bonnes décisions en connaissance de cause que l’on pourra limiter les périodes de fermeture de cette piscine à laquelle, comme de nombreux citoyens, Ecolo tient .

12B Actions au sujet du cas d’un cas de maltraitance animale

Il est manifeste que cet exploitant de chevaux, à Ogy, n’a aucune considération pour le bien-être animal. Cela fait des années que ces rachitiques chevaux ne trouvent plus un brin d’herbe sur ses prairies tant elles sont surexploitées. On nous dit qu’ils retapent les chevaux avant de les envoyer à l’abattoir, on se demande bien d’où viennent ces chevaux et quel abattoir les accepte. Mais nous sommes dans un état de droit, et le seul moyen de mettre fin à ce scandale est d’en appeler à la justice. Or la justice est saisie de ce dossier depuis 2016, et en attendant de statuer n’a pas trouvé nécessaire de retirer à cet exploitant l’autorisation de s’occuper de chevaux. Le problème est plus un problème de justice que de police. Et il faut ici déplorer la lenteur de la justice dans notre pays ; lenteur, faut-il le préciser, liée en grande partie à son sous-financement depuis de trop nombreuses années !

Les deux actions que proposent les futurs ex-socialistes partent d’un bon sentiment, mais sont injustifiées dès lors que l’Unité de Bien Être Animal de la Région wallonne a déjà procédé à une inspection il y a quelques jours. En outre, elles sont illégales et ne règlent pas le problème de fond. En ce qui concerne le rassemblement du 8 septembre, Ecolo le soutient car c’est un moyen de maintenir la pression sur cet exploiteur d’animaux : il doit pouvoir se tenir.

Les questions d’Ecolo

Vol au service travaux (Philippe Hocepied)

Nous avons appris par la presse que trois véhicules du service travaux ont été dérobés dans la nuit du 14 au 15 août. C’est un bien curieux vol, car les véhicules ont rapidement été retrouvés et deux d’entre eux ont été détruits. Nous espérons qu’une enquête permettra d’identifier rapidement les voleurs et leurs mobiles.

Le Collège pourrait-il préciser si d’autres matériaux ont été volés cette nuit-là ? A combien sont estimés les dommages? Si la ville est assurée pour ces pertes? Pourrait-il expliquer comment ces infractions ont pu se produire et comment le matériel du service travaux est sécurisé ?

Fonctionnement démocratique de la gestion communale (Dominique Pasture).

Ecolo ne reviendra pas sur l’attitude interpellante du collège quant à la convocation de ce conseil communal qui a déjà fait pas mal couler d’encre.

Nous sommes en période de campagne électorale mais il reste 4 mois de travail à assurer par la majorité actuelle. Nous aimerions qu’elle pratique une gestion, démocratique et transparente.

Or, certains signaux nous interpellent au sujet du fonctionnement démocratique et de la participation citoyenne.

Par exemple: Pourquoi les conseils d’administration des ASBL communales ne se réunissent-ils plus régulièrement? Pourquoi les décisions de la Régie Communale se prennent-elles verbalement par téléphone avec l’un ou l’autre sans réunir son conseil de gestion?