1. Comptes communaux pour l’exercice 2017. Approbation.

Le budget extraordinaire liste les investissements prévus pour l’année et donne ainsi une idée des projets de la majorité. Le compte, lui, objective les réalisations et donne ainsi une idée du dynamisme de la majorité.

Au total, à peine 12 % des montants budgétés ont été utilisés.

Quelques exemples de projets budgétés non réalisés : Rénovation de la place de Deux-Acren, Connexion Hôpital-Notre-Dame à la Rose – Grand rue, Hypercentre (Ruichon), Egouttage rue Calbier, Entretien des routes, Logements à construire à l’angle de la rue de Grammont et de la Reinette, Dendre Sud, Toitures des écoles à  Ghoy, à Deux-Acren (écoles du Calvaire et des 3 Tilleuls) et à la Gaminerie, Abords du complexe sportif, Piste d’Athlétisme site Daumerie, Bâtiment du service travaux où les ouvriers travaillent toujours dans des conditions inacceptables,…

Bref, la majorité avait présenté un gros budget plein de promesses… qui n’ont pas été tenues.

Ecolo suppose que les articles budgétaires “chargeur à bateaux-maintenance” et “chargeur à bateaux-aménagement des abords et création d’une passerelle sur la Dendre” sont les témoins du parfum de surréalisme que la majorité promeut. La réalité, elle, est que le chargeur à bateaux se déglingue tous les jours un peu plus.

A l’ordinaire, Ecolo soutient l’augmentation des dépenses en personnel car ces dépenses sont dues à une augmentation du nombre d’équivalents temps plein. Ce n’est pas un luxe pour offrir aux citoyens un service de qualité. Cette augmentation n’a pas eu d’incidence majeure sur les frais de fonctionnement; c’est une bonne surprise. Cela montre que les services ne surconsomment pas.  En revanche, la consommation de gaz et d’électricité ne semble toujours pas maîtrisée  : l’addition a encore augmentée de 5 % par rapport à 2016!

La majorité continue à économiser sur les commissions et les Conseils consultatifs : la commission marché qui ferait pourtant bien de se réunir ne se réunit toujours pas, le Conseil des Ados est toujours inexistant et le Conseil Communal des Juniors est devenu virtuel.  Enfin, la majorité renouvelle les abris TEC, mais continue à faire des économies incompréhensibles sur l’entretien de ces abris…

Au total, les comptes sont équilibrés, mais il faut se souvenir que les taux d’intérêts restent bas, ce qui a une influence favorable sur la charge des emprunts et que la charge fiscale pour les Lessinois est à son maximum.

  1. Modifications n°s 2 des services ordinaire et extraordinaire du budget communal de l’exercice 2018.

A l’extra, 600.000€ sont inscrits  pour les travaux d’urgence à la piscine: depuis le temps que ces travaux sont urgents, Ecolo espère qu’ils vont enfin être réalisés. Ils coûtent cher, mais il en va de la sécurité des usagers, et l’eau et l’énergie gaspillées coûtent aussi très cher! Ce montant ne concerne “que” les travaux d’urgence. Pourrons-nous compter sur un subside de la région dans le cadre du “Plan piscine”?

Les 90.000 € pour l’élaboration  d’un projet d’Ecoparc près du parc à containers semblent être un bon investissement. Espérons que ce projet ne reste pas seulement un article budgétaire!

A  l’ordinaire, les compléments dûs au non-respect du coût vérité constituent une mauvaise surprise puisque nous allons débourser plus de 32.000 € ! Soyons de bon compte, la majorité actuelle n’y est pour rien, puisque ces compléments concernent les années 2009 et 2010. Ecolo espère que c’est enfin le dernier cadavre de la mandature précédente…

Nous découvrons aussi qu’un radar est en réparation. Cela explique peut-être pourquoi, on en rencontre pas souvent sur nos routes...

Pour Ecolo, l’engagement à mi-temps d’un conseiller en énergie est une bonne nouvelle. Bien que ce soit assez logique dès lors que Lessines a enfin rejoint le programme POLLEC (pour « Politique locale Énergie Climat ») de la Région Wallonne qui a été lancé en 2012. Espérons que ce conseiller pourra rapidement entrer en fonction car dans la lutte pour réduire les gaz à effet de serre, Lessines n’est pas en avance et il faudra que nous mettions les bouchées doubles pour les diminuer de 40% d’ici à 2030 , ce qui est en soi – au regard de l’urgence- un objectif déjà insuffisant.

  1. Suppression du sentier 81 situé Stoquoit à Ghoy.

Il est clair que la suppression de ce sentier ne doit pas faire l’objet de longues tergiversations puisqu’un bâtiment est déjà construit depuis plusieurs années sur son assiette. D’autant plus que la CCATM qui l’avait à l’ordre du jour de sa réunion du 16 mai le conseille également…. Ce qui est interpellant, c’est qu’à cette même réunion figurait aussi à l’ordre du jour une demande d’avis sur deux autres sentiers dont la suppression a déjà été approuvée lors du Conseil communal du 24 avril. Se moquer de cette manière de citoyens bénévoles qui donnent de leur temps pour s’investir dans la gestion de leur commune est un flagrant déni de démocratie.

La CCATM ou Commission consultative communale d’aménagement du territoire et de mobilité est comme le nom l’indique un organe que le Conseil communal peut ou doit consulter. Il est composé de citoyens qui donnent leur avis sur tout projet proposé par l’administration. Et, il peut également –de sa propre initiative–  traiter un point qui lui semble important. C’est un exemple concret de démocratie participative.

Ecolo revient souvent à la charge sur ce sujet car il constate que cet outil essentiel est souvent mal utilisé.

Un fonctionnement correct de cet organe et la mise à l’ordre du jour d’un minimum de créativité serait le bienvenu comme par exemple une étude d’un cadastre des voies à mobilité douce sur l’entité.

Pour revenir au  sentier du Stoquoit, il serait sans doute opportun  de vérifier les informations communiquées par les citoyens  lors de l’enquête publique au sujet des vitesses excessives sur cette route en y plaçant un radar mobile.

  1. Convention Denderland.

Ecolo soutient ce projet de développement touristique autour de la Dendre par-delà la frontière linguistique. Vu la géographie de la rivière, les partenaires qui constituent le comité de pilotage sont majoritairement flamands (12/15). Par contre le financement et la gestion du projet sont répartis 50/50 entre Flamands et Wallons.

Le projet sera piloté par deux coordinateurs mi-temps: un Flamand et un Wallon. La façon de désigner le coordinateur wallon est assez évasive. Le texte dit “Les Villes de Lessines et de Ath désignent ensemble un coordinateurs à l’Office du Tourisme de Ath qui sera affecté à raison d’un mi-temps au projet”.

Le financement du projet est bien défini par la participation flamande (au dixième de centime près!). Par contre le texte est très évasif à propos du financement wallon. Il dit  “la contribution au coût salarial d’un coordinateur niveau A à mi-temps est assumée par une collaboration entre la ville d’Ath, la ville de Lessines et la province du Hainaut.”. Idem pour les frais de fonctionnement (10.000 €).

Pouvez-vous nous donner plus d’infos ?

Question Ecolo au nom de Cécile Verheugen

La fin de l’année scolaire approche à grands pas.

Dans le but d’informer au mieux les parents, pouvez-vous publier dans le prochain “Lessines s’envole” et sur le site de la commune la liste de toutes les écoles de notre entité -tous réseaux confondus- en mentionnant pour chaque école ses coordonnées et ses spécificités?